Le marché du conseil en France (2022)

Performance
Shannon M 28 juin 2021

 

56,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2021 pour le marché du numérique. 33,6 milliards d’euros pour le marché du conseil et service IT (en 2020) malgré une baisse de 4,2% de leur croissance. Mais qui sont-ils ? Que font-ils ? Et comment relèvent-ils leurs défis aujourd’hui ?

1 – Le marché du conseil en 2021/2022

Qui sont-ils ?

Les cabinets de conseils ou sociétés de conseils regroupent des consultants aux compétences et expertises variées chacun dans un domaine qui lui est propre. Ils fournissent des services aux entreprises. Ces entreprises cherchent à améliorer leur performance et font donc appel à des professionnels en dehors de leurs collaborateurs en interne.

Le conseil, ou consulting (en anglais, mais souvent utilisé en France) représente des missions que remplissent les différents consultants pour leurs clients. Ces missions évoluent avec les besoins des entreprises et les tendances du marché, l’accélération de la digitalisation et les restrictions liées à la récente crise du COVID-19.

Les clients investissent dans les capacités des consultants à apporter quelque chose de supplémentaire à leur entreprise. Quelque chose d’efficace qui les aidera à atteindre leurs objectifs.

Le conseil ouvre la voie à la création de nouveau métiers pour la prochaine décennie. Comment les consultants participent-ils à cette évolution ? Et à la transformation des entreprises, particulièrement pour le conseil en stratégie et en IT ?

 

À lire aussi : Quel est le rôle d’un consultant, et les différents types de métiers dans le conseil?

Quelle croissance depuis la crise pour le conseil en stratégie ?

 

Beaucoup d’entreprises font aujourd’hui appel à des cabinets de conseil pour leurs services numériques. Les consultants accomplissent des tâches que leurs clients n’ont pas la possibilité d’accomplir eux-mêmes. Par exemple en finance, en management ou en informatique. Faire recours à quelqu’un d’externe leur permet de se concentrer sur leur cœur de métier.

Cette main d’œuvre n’a cependant pas toujours eu la vie facile. La croissance des sociétés de conseil a chuté pendant la crise.

Nous avons pu voir une diminution de l’activité de 40% en France dans le secteur du conseil. Et 95% des cabinets ont eu recours au chômage partiel.

Les chiffres du Syntec conseil nous montrent comment la croissance a chuté après la hausse phénoménale de 2019. Nous pouvons également voir quelles étaient les prévisions pour 2020 pour le conseil :

  • Croissance de 7% du chiffre d’affaires en 2019
  • Taux annuel de progression en 2019 : 8,6%
  • Recul de 11,4% sur l’ensemble du marché en 2020
  • Estimation d’une baisse du CA de -40% pour le marché du conseil en stratégie et management

Selon les secteurs d’activité, la croissance a plus ou moins baissé. En effet, les cabinets pour lesquels les clients travaillent dans les secteurs de la banque, l’hôtellerie, ou le tourisme ; ont été les plus touchés. En revanche, les secteurs de grande consommation, private equity ou technologie ont davantage fait appel au conseil pendant la crise.

Le COVID-19 a joué un rôle dans les différents changements qu’a subis le marché. Plus particulièrement dans le recrutement ou une augmentation de 33% a eu lieu fin 2020. Nous en parlerons dans la prochaine partie.

 

Une résilience qui perdure pour le conseil en stratégie et management :

Le secteur du conseil est bien protégé pour certains domaines comme la stratégie et le management, l’IT, l’innovation technologique, et tout ce qui peut être accompli digitalement. C’est un secteur privilégié, car le monde a besoin de services dans le numérique plus que jamais, et cela peut se faire à distance encore mieux que dans le passé. Le conseil en IT aide à rendre le bilan de croissance moins mauvais que ce qui était attendu. Il est vrai que le conseil dans les secteurs les plus touchés ont un impact lourd. Cependant, beaucoup de cabinet en innovation, ou en stratégie ont continué sur leur lancée. 

La crise a appris quelque chose à ces cabinets de conseil. C’est qu’ils étaient finalement déjà préparés à affronter une crise telle que celle que nous avons vécue. Et ils se sont améliorés.

Les cabinets de conseil ont su comment digitaliser leur activité et former leurs consultants sur cette transition digitale. C’est ce qui leur permet d’élargir leur offre auprès de leurs clients. Pour les consultants, d’accroître leurs prestations.

En 2021, il n’y a plus que 10% des cabinets qui ont recours au chômage partiel. L’activité a repris presque normalement.

L’innovation est ce qui qualifie une grande partie du consulting cette année en France. La crise a permis aux consultants de se former les uns les autres. Ils ont donc monté en compétence malgré les difficultés liées au recrutement.

Ce fut aussi une opportunité de devenir plus flexible et de proposer de nouvelles offres, car les demandes des clients ont aussi évolué avec l’accélération de la digitalisation et la croissance de leurs entreprise.

La logistique et l’organisation du travail est différente aujourd’hui dans le conseil. Le télétravail prévaut dans beaucoup de cas. Toutes les missions ne sont pas obligatoirement sur le terrain. Nous pouvons dire que c’était une opportunité de repenser l’avenir du conseil…

2 – Les nouvelles tendances du marché et ses défis

Recrutement

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« L’enjeu majeur des cabinets de conseil est de recruter et fidéliser les bons profils. »

– Le syndicat professionnel représentatif des sociétés de conseil en France

 » Après avoir bien résisté à la crise, le marché du numérique français connaît une croissance très prometteuse, stimulée par la transformation numérique des organisations. Les entreprises du numérique font toutefois encore face à une importante pénurie de talents.  » 

– Godefroy de Bentzmann et Pierre-Marie Lehucher (coprésidents de Numeum) 2021

 

73% des missions ont été maintenues pendant la crise, mais le recrutement a été stoppé pour beaucoup de société de conseil en stratégie et management. Ce qui a lourdement pesé sur certains cabinets. Les consultants se sont donc retrouvés avec une surcharge de travail avec un taux de staffing des effectifs de 100%. Lorsque le recrutement a repris, la charge de travail est restée relativement lourde pour les collaborateurs.

Cela peut-il être une des causes de la nouvelle tendance à se lancer en freelance ? Nous voyons ici cette réelle difficulté à retenir les effectifs, que ce soit dans le conseil en stratégie ou autre domaine d’activité.

Même si le secteur du conseil a su s’adapter à la transition digitale qui lui est imposée, il fait face à des défis. Cette transformation, notons-le tout de même, a contribué à la croissance du consulting. 35% des missions en 2019 étaient liées au digital. Ceci résone comme une promesse de croissance pour l’avenir malgré les défis.

La croissance du secteur numérique après la crise a entrainé une forte demande de candidats bien formés. C’est un secteur qui a créé beaucoup d’emplois ces dernières années : 4600 postes en 2020 malgré le Covid-19.

Selon des études de Numeum, la fin de l’année 2021 a vu une croissance des effectifs après la levée des restrictions sanitaires : +3,1% pour le secteur numérique

Face à la forte demande des entreprises du numérique, il existe une pénurie de personnes formées aux compétences requises pour accompagner ces entreprises au déploiement des nouvelles innovations technologiques. 

 

De nouvelles pratiques et mentalité ?

 

Quel impact la technologie a-t-elle sur le marché du conseil ?

Les nouveaux outils numériques, les nouvelles pratiques dans les sociétés, l’intelligence artificielle et l’automatisation des tâches grâce à des logiciels, développent la croissance du marché.

Ces éléments ont créé de nouveaux concurrents. En effet, de grands acteurs tels les GAFA peuvent devenir une menace.

« Les nouveaux acteurs tels les GAFA et les cabinets spécialisés dans les études quantitatives jouent un rôle important dans l’évolution du marché du conseil. Tous ces changements créent une offre à plus forte valeur ajoutée des experts quantitatifs, leur ouvrant ainsi les portes du conseil créant ainsi une concurrence entre « acteur du conseil, acteur du numérique et institut sur certains marchés ». NTS Advisory

Malgré cette nouvelle concurrence, le marché du conseil reste ferme sur son principal objectif : répondre aux attentes et besoin de leurs clients le plus efficacement et professionnellement possible.

Les consultants exercent donc leurs missions en suivant cet objectif. Ils restent flexibles concernant l’évolution de leur métier en termes de digitalisation. Ils adaptent leur offre et élargissent l’offre numérique. Avec plus de 30% du chiffre d’affaires lié au numérique depuis 2018, cette adaptation et changement de business modèle est obligatoire dans le conseil en 2021.

Nous pouvons aussi voir cette nouvelle tendance de petits cabinets qui décident de faire alliance pour mieux répondre à certains appels d’offres plus larges que ce qu’ils sont restreints à faire séparément.

La plateforme Stafiz – qui est un ERP pour cabinet de conseil – vous permet de digitaliser votre activité de conseil et de gagner du temps. Vous bénéficiez d’une visibilité sur toutes vos ressources et coûts en temps réel pour prendre de meilleures décisions et mieux anticiper.

–> En savoir plus sur comment digitaliser mon activité

Conclusion :

 

« Si les consultants ont l »habitude de travailler dans des environnements variés, la distance au sein des équipes imposées par le télétravail est quant à elle inhabituelle et nécessite une adaptation dans les modes de collaboration. « 

– Matthieu Courtecuisse, Président de Syntec Conseil

 

Ces mutations dans le secteur et ces changements des pratiques en interne sont et resteront un défis pour les consultants. 2020 et 2021 ont été des années de transformation et d’adaptation qui mène à la croissance et à l’opportunité de s’élargir en terme d’offre aujourd’hui en 2022.

Le conseil fait face à une sorte de réorientation des expertises pour répondre aux nouveaux besoins des clients liés au numérique et à ses challenges émergents dans différentes entreprises.

Le conseil en stratégie et management, en IT et en innovation technologique particulièrement, ont généralisé le télétravail et s’oriente ces derniers mois à des modes de travail plus hybrides afin de mieux collaborer. Mais aussi pour s’assurer du bien-être des collaborateurs et maintenir les effectifs face à la rude concurrence.

La transformation digitale a permis aux sociétés de conseil d’utiliser de nouveaux modes de communication et de mettre en place des mode de management plus souples. Mais cela leur aussi donner l’opportunité d’étendre leur offre. D’aider leur clients à également adapter leurs processus. Les aider à faire tourner leur entreprise même à distance et à manager leurs équipes et développer de nouveaux outils.

En savoir plus sur Stafiz, votre ERP pour sociétés de conseil

Index