Comment choisir les bons freelances pour vos projets ?

Votre entreprise connaît un pic de croissance : c’est une bonne nouvelle. Mais vous manquez de ressources pour faire face à cette croissance. Stéphanie et Isidore, vos plus proches collaborateurs, ne peuvent pas faire face à cette surcharge de travail, malgré toute leur bonne volonté.

Vous avez identifié de nouvelles opportunités pouvant enrichir votre offre, mais Stéphanie  et Isidore sont des béotiens de cette nouvelle activité.

Afin de développer un projet précis, vous avez besoin d’une expertise technique, un savoir-faire opérationnel immédiatement, qui fait défaut aux pauvres Stéph’ et Iz’.

Pour répondre à ces besoins, il vous faut une flexibilité et une compétence que vous ne trouvez pas parmi vos employés. Pas de panique, vous pouvez faire appel à un consultant indépendant ! Les experts freelances ne manquent pas sur le marché du travail, ils n’ont d’ailleurs jamais été aussi nombreux : en 2018, l’Insee estime à 2,8 millions le nombre de freelances, en progression de 25% en quinze ans, soit 10 fois plus vite que la population salariée !

Cette main d’œuvre constitue une bonne solution pour des projets dont la création d’un CDI n’est pas nécessaire, et à un coût inférieur aux taux journaliers pratiqués par les cabinets de conseil (cf article : Les Taux Journaliers dans le Conseil).

Mais à qui confier la sous-traitance d’un projet à haute valeur stratégique à vos yeux ? Autrement dit comment sélectionner le bon consultant indépendant ?

Pas de panique, vous aller trouver la perle rare. Retrousse- vous les manches, et respectez les étapes suivantes

  • Déterminer précisément le projet

C’est une étape nécessaire pour trouver l’adéquation entre votre besoin et le sous-traitant. Souhaitez-vous sous-traiter une fonction pendant un temps donné, renforcer une équipe avec un technicien sur un projet particulier, faire appel à un expert spécifique ?

Pour y voir plus clair, il convient :

  • De définir de manière détaillée les contours du projet, les moyens mis en œuvre et les résultats attendus : cette vision claire sera utile tant à vous qu’à votre futur consultant
  • D’établir un planning dans lequel s’inscrira la réalisation du projet : pour vous aider à bien « timer», vous pouvez vous appuyez sur la réalisation de projets passés similaires
  • De réaliser un budget: déterminer combien votre entreprise peut investir dans ce projet vous aidera à choisir votre freelance en conséquence
  • D’anticiper les éventuels challenges : vous devez évaluer les aléas d’ordre politiques, légaux, système, pouvant entraver ou ralentir la réussite du projet. Il est dans votre intérêt que votre futur consultant les connaisse

Vous synthétiserez ensuite ce travail par écrit : le document ainsi rédigé vous servira de feuille de route et sera communiqué aux candidats freelances.

 

  • Déterminer le profil du consultant indépendant

Le consultant devra être adapté à votre projet, tant par son expérience et ses compétences, que par sa capacité à travailler avec votre organisation :

  • Déterminer les compétences nécessaires: ici vous dressez un profil type du consultant désiré, tant sur le plan de sa formation académique, que de ses connaissances techniques et informatiques, et de sa connaissance de votre secteur d’activité
  • Déterminer à quels niveaux hiérarchique et organisationnel le consultant interviendra : sera-t-il directement rattaché à Stéphanie et Isidore, ou côtoiera-t-il des collaborateurs plus juniors ? Votre freelance devra parler la même langue que ses interlocuteurs. Cela implique qu’il ait un niveau d’expérience similaire à ceux-ci, lui permettant de communiquer efficacement avec eux
  • Déterminer qui travaillera avec le consultant: si la réalisation du projet implique qu’il travaille avec vos équipes, il faudra que sa manière de travailler, voire son style de management, corresponde à ceux de ses « collègues » pour cette mission. Stéphanie et Isidore sont ouverts et sympas,  mais ils ont quand même leurs petites habitudes. Si la mission est entièrement du ressort du consultant freelance, il conviendra de choisir un profil habitué à bosser en solo
  • La culture de votre entreprise ne doit pas être négligée non plus dans le choix de votre consultant : idéalement il faut un « match» culturel entre votre entreprise et votre consultant. Son intégration auprès de vos équipes s’en trouvera nettement facilitée. Pour caricaturer, Stéph’ et Iz ‘, un peu hipsters sur les bords, collaboreront plus facilement avec un barbu en jean slim et chemise bûcheron qu’avec un glabre impeccable en costard-cravate

 

  • Où trouver le consultant :
  • Les plateformes généralistes ou spécialisées : les plateformes en ligne proposant de nombreux profils de freelances se sont multipliées ces dernières années. Ces plateformes peuvent tout aussi bien être généralistes, comme Malt et Comatch (exemples plus pertinents ?), ou positionnées sur des métiers spécifiques. C’est le cas par exemple de Kang (design, graphisme), Crème de la crème (technnologies), WEEM (management et stratégie), Kicklox (développeurs)
  • Votre réseau: l’appel à candidatures peut être fait via une publication sur votre site et sur les réseaux sociaux. Le bouche à oreille peut également être un véritable atout pour trouver votre sous-traitant. Passer quelques coups de fil ne coûte rien et peut permettre de « sourcer » des candidats potentiels
  • Faire appel à un prestataire: face à l’essor des travailleurs indépendants, le métier de Chief Freelance Officer est en train d’émerger. A mi-chemin entre fonctions RH et achats, ce nouveau métier assure la coordination des activités des freelances pour le compte d’entreprises. Le job peut être sous-traité à un prestataire, à l’image de Comet, start-up mettant en relation développeurs freelance et entreprises. Si votre activité nécessite de travailler avec un grand nombre de freelances, il peut être  pertinent de s’outiller avec des solutions qui permettent de piloter vos freelances (Stafiz par exemple !).

 

  • La sélection du consultant

L’envoi aux candidats de votre document présentant le projet permettra une première auto-sélection : théoriquement, seuls les candidats se reconnaissant dans votre descriptif postuleront. Dès lors que vous recevez les candidatures, vous pouvez :

  • Etudier les dossiers de candidature pour analyser la cohérence du parcours du candidat et valider ses compétences : vous vérifiez leur formation, leur parcours professionnel, notamment si les candidats ont travaillé sur des projets similaires au vôtre, dans votre secteur d’activité.
  • Fiabiliser les profils : prendre des références auprès d’anciens managers et clients vous rassurera sur la fiabilité du candidat
  • Rencontrer les candidats : organiser une ou plusieurs réunions physiques, ou téléphoniques (selon l’exigence de la mission), sera bénéfique à plusieurs égards. Ces échanges vous permettront de mieux jauger la personnalité de votre candidat, d’analyser ses soft skills. C’est également l’occasion pour Stéphanie et Isidore, leaders sur votre projet, de juger si le consultant freelance leur correspond en termes de comportement et de culture. C’est enfin l’occasion pour le candidat de poser toutes ses questions relatives à la mission, et ainsi d’en avoir la meilleure compréhension.

A l’issue de ce processus, vous serez à même de faire votre choix parmi les candidats freelances. Assurez vous que l’heureux élu est libre tout engagement, et d’avoir le feu vert de votre management ou autres décisionnaires au sein de votre entreprise. Vous n’avez plus qu’à proposer un contrat à votre consultant, et le staffer sur le projet !

En conclusion, la sélection d’un bon consultant n’est pas chose aisée, et la procédure ressemble à de nombreux points de vue à celle d’un recrutement classiqueVotre projet incarne votre vision, voire même votre rêve. Il est donc primordial d’être accompagné par les personnes les plus appropriées pour garantir sa réussite. Cette méthode devrait y contribuer !